RABAIS SPÉCIAUX pour MILIEUX DE GARDE  et ÉCOLE : contactez-nous pour obtenir votre code promo

Chaque livre est conçu sur mesure et avec amour dans notre atelier à St-Jean-sur-Richelieu

Campagne de financement École – Garderie – Organisme

Livraison GRATUITE partout au Canada

Bien réagir à la crise du bacon en 3 étapes simples

Voir tous les articles

Le bacon, on le préfère dans notre assiette et non pas lorsqu’il est sur le sol en train de hurler et de pleurer dans l’allée de l’épicerie pour une boîte de Froot Loops.

Évidemment, votre enfant s’adonne particulièrement à la crise de bacon dans les endroits bondés. Il sait que sa crise de colère vous met mal à l’aise et prend presque un malin plaisir à vous regarder fondre de honte devant la dizaine de paires d’yeux parfois compatissants, parfois accusateurs.

Comment réagir face à la crise de bacon ?

Il faut savoir que dans ces circonstances, punir votre enfant peut s’avérer aussi nuisible que de céder à sa demande, car l’attention générée par la crise de bacon, même suivie d’une punition, peut renforcer le comportement. Pourquoi ? Car les enfants recherchent notre attention, qu’elle soit bonne ou mauvaise. Mieux vaut alors faire du renforcement sur les comportements positifs.

Donc si céder ou punir n’est pas la solution, comment devrait-on réagir ? Vous le saurez à la lecture des 3 étapes qui suivent.

1-    Ne pas réagir à la crise

Si la crise ne mène à aucune réaction de votre part, votre enfant l’interprète comme inefficace. Il apprendra avec le temps que cette stratégie, en plus de ne pas retenir votre attention, ne lui permet pas de communiquer ce qu’il ressent.

Une autre raison pour laquelle il est préférable de ne pas réagir à une crise du bacon est que lorsque votre enfant est dans cet état, son cerveau est en zone rouge. Dans cette zone, impossible pour lui de vous écouter, d’être en contact avec son environnement et la réalité, de se calmer et de réfléchir. Ce qu’il reste à faire est d’attendre que la crise passe et de rester près de lui afin de le protéger des autres et de lui-même. Ce qui nous amène au point 2.

2-    Isoler son enfant dans un endroit sécuritaire

Pour éviter tout renforcement par l’attention négative, les experts recommandent, dans la mesure du possible, de mettre votre enfant à l’écart lors d’une crise. Restez tout prêt et n’intervenez que lorsque son cerveau sera passé au vert, c’est-à-dire lorsqu’il sera plus calme et qu’il sera en mesure de vous parler et de réfléchir. C’est à ce moment que vient la troisième et plus importante étape.

3-    Éduquer

L’éducation est la clé de tout. En tant que parent, on éduque nos enfants, mais pour bien le faire, il faut d’abord s’éduquer soi-même lorsque nous ne savons pas comment réagir ou intervenir. Et c’est justement ce que vous faites en lisant cet article.

Une fois le cerveau de votre enfant revenu au vert, vous pouvez intervenir et éduquer :

  • Nommez ce que vous avez observé de la situation.
  • Mentionnez à votre enfant que vous comprenez ce qui lui est arrivé et l’émotion qu’il a ressentie.
  • Dites clairement que son comportement n’est pas la bonne manière de réagir.
  • Questionnez-le sur le bon comportement à adopter et écoutez-le.

Par exemple : « Jacob, tu as fait une crise, car j’ai refusé d’acheter des Froot Loops. Je comprends que tu es insatisfait et que tu as ressenti de la colère. Toutefois, ce comportement n’est pas la bonne manière de réagir quand je te refuse quelque chose. Je souhaite que tu puisses exprimer autrement ton insatisfaction. De quelle manière pourrais-tu à l’avenir me l’exprimer ? »

Ainsi, vous apprenez à votre enfant à communiquer, à comprendre et gérer ses émotions en plus de lui faire le cadeau de l’apprentissage de l’introspection qui est le coffre aux trésors intérieurs dans lequel résident toutes les solutions.

En cas de crises extrêmes

Chez certains enfants, les crises peuvent être extrêmes (l’enfant se fait du mal en se frappant la tête, par exemple), surtout chez les enfants avec TDAH ou un trouble de l’opposition avec provocation. Dans ces cas particuliers, faites appel à des spécialistes qui pourront vous accompagner.

Vous voilà maintenant plus outillé face à la crise du bacon. En terminant, rappelez-vous ceci : le temps de qualité que vous passez avec votre enfant renforce vos liens, améliore votre communication et, par conséquent, réduit le risque de crises. Et si vous partagiez un moment de qualité avec votre enfant avec l’un de nos livres personnalisables tels que : 

Ces articles pourraient aussi vous intéresser ...